• “Et je l’appelle encore” | 2016

Véronique Sanson
Et je l’appelle encore
6 septembre 2016
 
Le temps n’est plus aux 45 tours, ni même aux CD 2 titres. Aujourd’hui, un titre part en promo dans un format CD avec une pochette imprimée par la maison de disques en interne (visuel ci-dessus). Certains de ces exemplaires se retrouvent plus tard sur les sites de revente. Le public, quant à lui, fait entrer le titre sur sa playlist Deezer ou Spotify ou bien encore le télécharge en attendant lalbum entier. Les collectionneurs n’encombrent plus que l’espace virtuel de leurs disques durs – ce qui n’est peut-être pas plus mal… 
Du temps d’avant il est question dans ce nouveau titre, sans réécriture de l’histoire ni concessions, comme d’habitude. Véronique évoque, invoque et convoque Colette, sa mère, disparue il y a exactement 10 ans. Si le hasard existe, est-il responsable du choix de ce titre comme premier single ? Tout ce qu’on peut dire est que la chanson a été composée à un moment (février-mars 2013) où personne ne pouvait prédire quand sortirait l’album et, qu’en la choisissant, la maison de disque ignorait tout de la coïncidence avec le triste anniversaire. 

Dans la maison d’Orgeval, mars 1981
© Henri Tullio

Colette est très souvent présente à l’esprit de Véronique et son image s’est imposée naturellement au moment de mettre des mots sur la mélodie composée par Mehdi Benjelloun. Image d’une femme solide, droite, mais aussi belle, drôle et élégante. Sans oublier, bien sûr, son goût de la musique, humblement transmis à Véronique sur une petite guitare espagnole, ni cette formidable intelligence qui lui permettra de survivre à d’effroyables situations pendant la guerre comme de s’acclimater sans problème à la compagnie de la rockstar américaine que le destin lui a envoyée pour gendre pendant les années 1970s

La Société d’Admiration Mutuelle familiale perdure, même si certains membres sont aujourd’hui “de lautre côté des fleurs”. Chez les Sanson, on s’appelle” (et on ne parle plus là des légendaires coups de fil culinaires entre le Colorado et le 16e arrondissement). 
En 1979, dans Pour celle que j’aime (Maman), Véronique demandait à sa mère de l’appeler :
Quand on te descendra en terre / Ne panique pas / Tu sentiras que je suis là / Alors appelle-moi
Aujourd’hui, cest elle qui l’appelle encore  

Collection personnelle Véronique Sanson

Violaine, sœur de Véronique, a souligné que les séances de travail pendant lesquelles ce titre a été écouté ont laissé quelques yeux humides (dans une interview à lire ici). Sur France Inter, Didier Varrod a avoué avoir également versé des larmes lors de la toute première écoute. La page de la joyeuse célébration des Années américaines est donc tournée mais, cest promis, Véronique reviendra le 4 novembre avec des titres up-tempo dans son nouvel album, “Dignes, dingues, donc…” !

► L’écouter : http://smarturl.it/EJLAESansonStr
► Le télécharger : http://smarturl.it/EJLAESanson


La vidéo est
 
NB. Colette Sanson a un jour de 1994 participé à Questions pour un champion, émission dont elle était une grande fan. La vidéo est visible en 2 parties (ici et ). Sa généreuse décision finale est d’une classe incroyable…

4 commentaires:

  1. Et oui, l'époque n'est plus aux 45 tours ni même au CD 2 titres mais , on est ravi de voir les visuels tout de même et celui du nouveau single de Véronique Sanson est très réussi et touchant (comme le sujet de sa chanson) et bien évidemment ce titre est émouvant et fort agréable dans la lignée des grands titres de Véro .Voila qui augure d'un bien beau retour ! Merci pour ce billet de passionné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jerry ! C'est juste un retour studio en ce qui concerne Véronique, parce qu'elle a été bien présente ces dernières années (cf. le succès des "années américaines") ;-)
      Un nouveau titre de DDD sera dévoilé aujourd'hui !

      Supprimer
  2. Quelques jours après la sortie de ce single, promo des radios, il n'y a pas de doutes, ce titre à sa place dans l univers Sanson.
    Pour dire qu il est question d'un retour je ne partage pas cette vision. C est plutôt une fois de plus l aboutissement des temps d observations et de recul de Véronique dont il est question. Ce fameux temps donne à l artiste la réponse à ses doutes de la page blanche. Et nous de ce temps, jeunes ET moins jeunes nous prenons de la hauteur et sommes toujours en attente de ce moment magique qu est la venue d un nouveau titre ! Quel bonheur !!!!
    Ce qui est le plus agréable actuellement c est de voir que ce titre a sa place aussi sur les ondes. En effet c est surprenant d entendre Véro à la radio depuis quelques semaines. Je suis heureux de l accueil des radios mais heureux aussi de voir que les heures sombres de notre fée disparaissent ... Ne laissant place qu aux sourires et à une envie : celle de dire que rien ne se termine dans la vie... Tout est à poursuivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pierre-François. Depuis la sortie de ce titre, un second est disponible sur Deezer, et bientôt un troisième... On peut aussi choisir d'attendre l'album pour les découvrir tranquillement...

      Supprimer